VDI : comment devenir vendeur à domicile indépendant ?

Le métier de vendeur à domicile indépendant suscite l’intérêt de plus en plus de personnes. Apparemment, c’est un excellent moyen d’arrondir ses fins de mois. Mais alors, comment exercer ce métier ? Quels sont les différents avantages liés à ce statut ? Que faut-il savoir sur ce sujet ? Que faire pour profiter de ce statut ?

L’essentiel sur le métier de vendeur à domicile indépendant

Qu’est-ce qu’un VDI ?

Lorsqu’on fait allusion au domaine de la vente directe, on est face à trois catégories de travailleurs. Ce sont les vendeurs à domicile indépendants, les agents commerciaux ainsi que les commerçants.

Le VDI est un métier sollicité par les personnes qui sont à la recherche d’activité occasionnelle. Dans ce secteur, on compte de nombreux étudiants, des retraités, des salariés, etc. À l’issue de cette activité, il est possible d’obtenir des ressources financières complémentaires à la fin du mois. Si vous êtes à la recherche de métiers à exercer chez vous, ce travail peut vous intéresser.

Cette personne a pour mission d’organiser et d’animer certains événements (réunion, conférence, atelier, etc.). Chaque animation qu’il effectue doit tourner autour de la marque pour laquelle il travaille. Son principal objectif est de vendre un maximum de produits. Les commissions qu’il perçoit sont déterminées en fonction du nombre de ses ventes. Il est à noter qu’il peut obtenir entre 20 à 40 % de commission sur les ventes.

Un VDI peut également parrainer un nouveau vendeur. Lorsque son filleul parviendra à conclure une vente, alors il pourra aussi toucher une commission sur chacune des transactions que ce dernier aura conclues.

Que faut-il savoir sur le statut de vendeur à domicile ?

C’est un travail qui s’allie parfaitement avec une activité professionnelle salariée. Cette activité est perçue comme un excellent moyen de se constituer une source de revenus supplémentaires tous les mois. En exerçant cette activité, vous disposez d’une indépendance juridique et fiscale.

Ce métier est vraiment avantageux. Dans le cadre de cette activité, vous pourrez percevoir les avantages de la société avec laquelle vous collaborez. Vous pourrez vous servir de son argumentaire de vente, de ses transactions, etc. Même si vous travaillez indirectement pour une entreprise, vous bénéficiez d’une grande liberté.

  • Quel est le champ d’activité du VDI selon la loi ?

Ce professionnel est régi par les articles L.121-21 et L.121-22 du Code de la consommation relatif à la vente à domicile. Chaque contrat qu’il conclut doit être finalisé au sein de son domicile ou dans un lieu où il a décidé d’accomplir son travail.

  • Pourquoi choisir d’exercer le métier de VDI ?

C’est à vous de fixer vos objectifs, votre niveau d’implication et votre organisation personnelle. Même si vous travaillez en tant que VDI, vous disposez des mêmes avantages que les salariés de la société. Vous êtes relié au régime général de la Sécurité Sociale.

En tant que vendeur à domicile indépendant, vous êtes libre de choisir si vous allez vous inscrire à un registre professionnel. Mais il y a tout de même un seuil de rémunération à respecter. Son montant est déterminé par le Ministre chargé des affaires sociales. Il fait l’objet d’une modification tous les ans. Sur une période de 3 ans, si le montant de vos gains dépasse un certain plafond, alors vous serez obligé de le déclarer au registre professionnel. Vous passerez alors du VDI au statut d’agent commercial ou commerçant.

  • Comment fonctionne l’inscription du VDI au RCS/RSAC

Dans l’exercice du métier de VDI, certaines personnes parviennent à obtenir une rémunération brute de plus de 50 % par rapport au plafond annuel de la Sécurité Sociale. Et ce, durant 3 années consécutives. Ce montant a été fixé à 20 262 euros en 2019.

Dans ce cas, le travailleur possède le statut de VDI professionnel. Il est alors contraint de s’inscrire au RCS/RSAC. Dès lors, il sera soumis au régime des travailleurs non salariés (TNS). Ce professionnel sera alors sous l’égide du Régime Social des Indépendants (RSI).

Quels sont les contrats de VDI ?

En tant que VDI, vous pouvez choisir entre trois types de contrats :

  • le contrat VDI mandataire: avec ce statut, vous avez le doit de récolter les demandes des clients par le biais d’un formulaire de commande ou par l’intermédiaire d’une e-boutique. À l’issue de chaque vente, vous percevez vos commissions. Vous ne serez pas obligé de gérer les transactions et l’argent du client.
  • le contrat VDI acteur/vendeur: avec cette option, vous serez tenu d’investir votre argent. En effet, vous obtiendrez un prix préférentiel et vous pourrez revendre le produit avec une marge. Vous aurez besoin de vous préoccuper des questions de logistiques, de transports de produits ainsi que du service client. Vous prendrez les bénéfices issus de chaque vente.
  • le contrat de salarié de l’entreprise: vous serez considéré comme n’importe quel salarié qui perçoit un salaire.

Parmi ces trois alternatives, c’est le statut de mandataire qui est le plus avantageux. Il est adapté aux personnes qui ne veulent pas être soumises à différentes contraintes et charges.

Quelles sont les qualifications requises pour devenir un VDI ?

Pour exercer ce métier, il ne requiert ni diplôme ni niveau d’études spécifiques. Vous n’avez même pas besoin de mettre en place un business plan. Pour commencer, vous devrez seulement rechercher une entreprise partenaire. Plus vous parvenez à réaliser des ventes, plus vos revenus seront importants.

Afin de se démarquer dans ce domaine, il est vraiment important de s’investir personnellement. En effet, pour réaliser des ventes intéressantes, vous devrez consacrer du temps à cette activité. SI vous arrivez à trouver votre rythme, vous arriverez aisément à faire de ce métier votre source de revenus principaux. Ce travail peut aussi être une source de revenu complémentaire intéressante.

Qui est autorisé à exercer cette activité ?

C’est un métier accessible à tout le monde. Si vous êtes au chômage ou à la retraite, cette activité va vous permettre d’arrondir vos fins de mois ou d’obtenir un revenu mensuel. C’est aussi un excellent moyen pour optimiser votre temps libre.

En effectuant ce type d’activité, vous n’êtes tenu à rien. Vous n’êtes pas contraint de vous engager indéfiniment. Lorsque vous aurez marre de cette activité ou si vous souhaitez passer à autre chose, alors vous serez libre d’interrompre ce métier.

En exerçant cette activité, vous ne serez pas soumis aux mêmes obligations qu’un chef d’entreprise. Dans le cadre de la création d’une société, vous serez obligé de prendre en compte :

  • le paiement de certaines charges (le salaire, les matériels, etc.) ;
  • la gestion de stock ;
  • les différentes contraintes administratives.

Avec le statut de VDI, vous serez libéré de ces charges. Il vous suffira de conclure des ventes et de percevoir vos commissions. Si vous êtes à la recherche d’une indépendance financière, cette activité vous permettra d’atteindre cet objectif.

  • Les conditions à remplir pour exercer ce métier

Certes, pour travailler en tant que VDI, il n’est pas nécessaire d’avoir des qualifications. Il est toutefois important de remplir certains critères.

Ce travail est accessible aux personnes majeures qui n’ont subi aucune condamnation. Il ne peut pas être exercé par un individu qui perçoit des allocations de pré-retraite. Si vous avez fait l’objet d’une faillite personnelle ou d’une interdiction de gérer, alors vous ne pourrez pas travailler en tant que VDI.

  • Les exceptions à connaître

Le métier de VDI peut être exercé en complémentarité avec une autre activité. Toutefois, certains salariés ne peuvent pas travailler comme VDI. Il s’agit des fonctionnaires, des officiers publics et ministériels (notaire, huissier), des avocats, des commissaires aux comptes et expert comptables, des architectes, des géomètres experts, des administrateurs et mandataires judiciaires et des commissaires-priseurs.

Que faire pour devenir un vendeur à domicile indépendant ?

Il est vraiment facile d’exercer cette activité. Il faut savoir que certaines marques ont réussi à se démarquer grâce à ce métier. Il s’agit par exemple de Tupperware, Partylite ou Stanhome, Charlot. Ces individus sont parvenus à trouver un compromis entre le travail et la vie de famille.

Devenir un vendeur à domicile indépendant présente plusieurs avantages. De plus, c’est un excellent moyen de débuter votre carrière dans le travail d’indépendant. Afin de vous protéger des risques éventuels, ne collaborez qu’avec les entreprises qui sont inscrites auprès de la FVD (Fédération de la Vente Directe). Ainsi, vous serez assuré que vos droits seront reconnus par l’établissement avec lequel vous allez collaborer. Lors de vos débuts, pour vous faciliter la tâche, optez pour un produit renouvelable qui peut se vendre aisément. C’est par exemple le cas du parfum.

L’avantage avec ce métier est que vous bénéficiez d’une formation gratuite. Chaque fois que vous travaillez avec une entreprise, vous serez tenu de signer un contrat VDI.

Quels sont les avantages du métier ?

En exerçant cette activité, vous profitez de certains avantages intéressants. Comme vous travaillez comme indépendant, vous êtes libre de choisir votre lieu de travail. Vous ne serez pas contraint de respecter des plages horaires strictes. Il ne revient qu’à vous de fixer vos horaires de travail et la durée de votre travail journalier.

Avec ce métier, vous ne serez pas obligé de bouger de chez vous. Cela vous permettra de gagner du temps et d’économiser de l’argent. Lorsque vous aurez terminé vos missions, vous pourrez passer plus de temps avec votre famille. Vous aurez aussi la possibilité d’aménager votre temps à faire quelque chose qui vous plaît, comme prendre le thé ou l’apéro avec vos proches.

Lorsque vous serez bien rodé dans le domaine de la vente, vous serez capable de lancer votre propre affaire.

Au début de la collaboration, vous aurez accès à un kit de démarrage. Les conditions d’accès à ce kit diffèrent d’une entreprise à une autre. Certaines enseignes donnent au VDI un kit complet contenant un catalogue, des bons de commande, etc. Certains kits sont payants, d’autres sont proposés en contrepartie d’un chèque de caution. Il y a des enseignes très inventives. Ils offrent le kit de démarrage aux VDI qui parviennent à remporter un challenge.

Quelles sont les étapes à suivre pour devenir un VDI ?

Avant tout, vous devrez choisir le produit que vous allez vendre et la société avec laquelle vous allez travailler. Il est ensuite nécessaire d’entreprendre certaines formalités administratives.

·      L’importance du choix du produit et de la société

Lorsque vous allez devenir un VDI, vous deviendrez automatiquement l’ambassadeur de la marque à promouvoir. Pour réussir dans ce domaine, il faudra bien choisir vos arguments. Optez pour des produits qui reflètent votre univers et votre personnalité. Ainsi, vous parviendrez à adopter le bon discours. Si vous êtes par exemple un adepte des produits cosmétiques ou des vêtements, intégrez ce secteur. Si vous avez du mal à vous décider, faites une liste de vos centres d’intérêts. Il existe de nombreux produits que vous pourrez vendre. A vous de choisir celui qui vous correspond le plus.

Sélectionnez les entreprises qui proposent des produits et des services qui vous intéressent. Lorsque ce sera fait, informez-vous sur les conditions fixées par l’enseigne. Quelles sont les conditions de démarrage ? Est-ce que la marque propose des bonus, etc. ? Renseignez-vous sur la qualité de son accompagnement. Pour vous aider à promouvoir ses produits, est-ce que la marque met à votre disposition certains supports (site internet, catalogue, etc.) ?

Il est important de choisir des enseignes qui sont affiliées à la FVD. Accordez aussi un grand intérêt à l’image et à la notoriété de la marque. Ainsi, vous n’aurez pas trop de difficulté à promouvoir et à vendre les produits en question.

·      Qu’en est-il des formalités administratives ?

Avant de pouvoir collaborer avec une enseigne en particulier, vous devrez passer par la procédure d’inscription. Vous serez tenu de remplir un formulaire. Il s’agit d’une déclaration de début d’activité auprès du CFE (centre de formalités des Entreprises) et de l’URSSAF de votre département. Il est impératif de la remplir dès le début de la collaboration. Vous disposez d’un délai de 15 jours. Lorsque ce sera fait, on vous délivrera un numéro SIRET et un code APE.

·      Que faut-il savoir sur la déclaration de revenus ?

Certes, il s’agit d’un revenu complémentaire à une autre activité, mais vous êtes quand même tenu de déclarer vos revenus auprès de votre centre des impôts. Pour ce faire, vous devrez remplir le formulaire 2042 CK Pro. Il s’agit d’une déclaration complémentaire de revenu pour les professions non salariées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *